[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Ecologie et biologie du baobab bio sauvage

Le baobab est présent naturellement dans les zones sahélienne, sahélo-soudanienne et soudanienne, où les précipitations annuelles moyennes sont respectivement de 300, 500 et 800 mm. Il a été introduit dans des environnements plus humides au Gabon et en République Démocratique du Congo. Il peut résister à des températures allant jusqu’à 42º C, mais il est très sensible au gel et se limite à des zones où ce phénomène a lieu au maximum
un jour par an. L’espèce prospère sur des sols très divers, aussi bien des sols à la texture épaisse et perméable que des sols argileux.
Il est fréquemment associé au tamarinier (Tamarindus indica), au karité (Vitellaria paradoxa), au néré (Parkia biglobosa), au dattier du désert (Balanites aegyptiaca) et au cad (Faidherbia albida).

L’espèce est décidue et généralement dépourvue de feuilles pendant près de huit mois de l’année. Les brindilles contiennent de la chlorophylle et les arbres peuvent donc continuer à se développer lentement pendant cette période, en utilisant l’eau stockée dans leur gros tronc. Dans de bonnes conditions, les arbres poussent très rapidement les premières années, atteignant deuxmètres en deuxans et jusqu’à 15 mètres en 12 ans. On pense que les baobabs vivent jusqu’à 1 000 ans, voire plus.
Biologie de la reproduction Les arbres commencent à produire des fleurs lorsqu’ils sont âgés de huit à 23 ans. Les fleurs sont pendantes, poussent seules ou par paires dans les aisselles de la feuille et sont parfaites, c’est-à dire, à la fois mâles et femelles. Le temps de floraison varie grandement et les fleurs peuvent apparaître à n’importe quelle période de l’année, sauf au plus fort de la saison sèche, que les feuilles soient présentes ou non.

Le baobab est pollinisé par les chauves-souris (Edelon helvum, Epomophorus gambiensis and Rousettus aegyptiacus), comme les autres espèces de la famille des Bombacacées. On pense qu’il est également pollinisé par des insectes nocturnes et par le vent. Bien que son comportement reproducteur n’ait pas été étudié de manière approfondie, il semble qu’il se multiplie généralement par fécondation croisée, ce que confirment les schémas de variabilité génétique.

Graines de baobab bio sauvage

Graines de baobab bio sauvage

La pulpe de chaque fruit contient de nombreuses graines, qui peuvent rester en dormance dans le sol pendant plusieurs mois, protégées par leur tégument dur. Les graines sont orthodoxes, ce qui signifie qu’elles peuvent être stockées selon des méthodes conventionnelles.
Les graines sont dispersées principalement par les hommes, qui récoltent les fruits pour leur usage personnel et pour le commerce local. Bien que les graines aient de nombreux usages, beaucoup sont mises au rebut après la transformation du fruit. Les autres mammifères qui disséminent les graines sont les babouins et autres singes, les éléphants et les rongeurs.
Les oiseaux peuvent aussi contribuer à la dispersion des graines.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*